Bleus: Dubois, retour à Nantes

Le défenseur des Bleus Léo Dubois en conférence de presse à Clairefontaine, le 30 mai 2019
Par Adrien DE CALAN / © 2019 AFP

C’est un joli clin d’oeil et “un plaisir” pour Léo Dubois: pour sa première convocation, les Bleus vont jouer un amical contre la Bolivie à Nantes, le club où le défenseur a fait ses armes et passé dix ans, avant de franchir un cap à Lyon cette saison.

Ses derniers mois chez les Canaris, au printemps 2018, n’avaient pourtant pas été un long fleuve tranquille. Les dirigeants et certains supporters lui avaient reproché un manque d’implication en fin de saison, alors que son transfert était acté depuis janvier. Il était également critiqué pour ne pas avoir prolongé son contrat et partir gratuitement, privant son club formateur d’indemnité de transfert.

Le tempétueux président Waldemar Kita y était allé de sa déclaration choc dans les colonnes de L’Equipe, accusant son capitaine d’avoir levé le pied lors du match contre l’OL, son futur club… “À mes yeux, il s’est caché, il n’a même pas fait son devoir professionnel, il n’a pas joué le jeu et il est le premier responsable (…) Il a triché, il n’en a rien à faire de personne et au contraire, s’il peut nous emmerder, il nous emmerdera”.

Le départ de l’arrière droit confirmait surtout l’incapacité de Nantes à retenir ses jeunes (comme pour Georges-Kevin Nkoudou ou Jordan Verretout) en leur proposant des conditions salariales et des défis sportifs suffisamment attractifs.

“Aucune revanche”

Auréolé de sa première convocation en Bleu, Dubois sera-t-il revanchard à la Beaujoire ? “Aucune revanche”, balaye poliment le défenseur de 24 ans. “A Nantes, tout s’est très bien passé, beaucoup de personnes m’ont accompagné, des joueurs, des anciens coaches. C’est une fierté, il va y avoir ma famille, les gens que j’ai côtoyés pendant une dizaine d’années, c’est la récompense d’un travail effectué”.

Didier Deschamps, lui aussi formé à Nantes, l’a quand même titillé: “Il m’a chambré un peu par rapport à mon retour à Nantes, c’est de bonne guerre, c’est très bien”, sourit Dubois, qui espère “profiter au maximum” de son premier rassemblement international et grappiller du temps de jeu.

Le natif de Segré (Maine-et-Loire) a réussi son pari en allant à Lyon. Malgré son potentiel, certains supporters canaris se demandaient s’il parviendrait à se faire une place, en raison de quelques largesses sur le plan défensif.

Mais après un début de saison compliqué à l’OL, le jeune joueur a profité de la blessure de Rafael et des performances inégales de Kenny Tete pour leur passer devant. Il a nettement progressé dans son volume de jeu et dans la précision de ses centres, avec cinq passes décisives.

Il espère donc continuer sur sa lancée la saison prochaine au sein d’un club complètement réorganisé avec l’arrivée du directeur sportif Juninho et de Sylvinho au poste d’entraîneur.

Réservoir très mince

Avec la concurrence de Rafael et Tete, “on est encore trois au poste (de latéral droit) à cette heure-ci. Je suis conscient qu’il ne faut surtout pas se relâcher”, insiste Dubois qui justifie sa réussite à Lyon par “ses valeurs de travail, de ne jamais rien lâcher”.

C’est aussi ce qui lui offre une place dans le groupe France. Dubois pourrait avoir une carte à jouer, car ce poste d’arrière droit demeure le point faible des Bleus.

Certes, Benjamin Pavard s’est imposé au Mondial et surfe toujours sur son but venu d’ailleurs contre l’Argentine. Mais depuis, le futur joueur du Bayern Munich a connu une année délicate à Stuttgart, relégué lundi en deuxième division allemande.

Et derrière, le réservoir est toujours aussi mince, à l’image de Djibril Sidibé qui n’arrive plus à retrouver son niveau à Monaco et n’a pas été retenu contre la Bolivie en amical, puis en Turquie et en Andorre les 8 et 11 juin en éliminatoires de l’Euro-2020.

Dubois, qui “passait à côté de Clairefontaine petit” et rêvait d’y être, a donc franchi la porte du château, “une étape” à laquelle il aspirait. Et il voyage à Nantes avec les Bleus, un petit calcul en tête: “L’équipe de France réussit plutôt bien là-bas parce qu’il y a eu cinq victoires en cinq matches. C’est bien, j’espère qu’on va faire perdurer ça”.