Bleus: “Cette saison m’a permis de grandir”, dit Lemar à l’AFP

Le milieu de terrain français de l’Atlético Madrid, Thomas Lemar, lors d’un entraînement, le 26 octobre 2020 à Majadahonda, à la veille du match de Ligue des Champions contre Salzbourg
/ © 2021 AFP

“Cette saison m’a permis de grandir”, rembobine le champion du monde Thomas Lemar, rappelé in extremis chez les Bleus avant l’Euro, dans un entretien samedi avec l’AFP, évoquant aussi son amitié avec N’Golo Kanté et sa montée en puissance à l’Atlético Madrid.

Q: Vous êtes arrivé à Clairefontaine avec une petite blessure musculaire, où en êtes-vous ?

R: “J’ai des bonnes sensations, c’est de bon augure pour la suite. J’espère reprendre (l’entraînement collectif) très prochainement. Mais j’essaie aussi de prendre mon temps. Je connais ce type de blessures qui sont différentes des autres. J’ai un entourage médical qui prend soin de moi et j’ai confiance en eux. Je préfère y aller doucement maintenant et partir ensuite à +pleine balle+.”

Q: Cette convocation intervient à l’issue d’une saison pleine avec l’Atlético, sacré champion d’Espagne. Que vous a-t-elle apporté?

R: “Beaucoup de choses. J’ai retrouvé du temps de jeu, ce que j’avais perdu ces deux dernières années. J’ai retrouvé aussi un volume de jeu que j’avais perdu, cette façon de retoucher le ballon. Ce repositionnement au milieu m’a fait du bien et cela s’est vu au fil de la saison: je me sentais de plus en plus à l’aise, j’ai pris mes marques, j’ai agrandi ma palette aussi. Cette saison m’a permis de grandir davantage.”

Q: Trouvez-vous des similitudes entre les méthodes de Didier Deschamps en équipe de France et celles de Diego Simeone à l’Atlético ?

R: “Ce sont deux coaches qui aiment la gagne, qui ont la passion du football, qui aiment nous transmettre leur vécu. Les deux nous poussent vers le haut, nous encouragent à ne pas lâcher, à faire des efforts pour le collectif donc c’est quelque chose que je retrouve en club et en sélection. C’est sûr que tu as des individualités qui feront la différence aussi, mais un collectif, c’est la clé de tout.”

Q: Est-ce que la France possède la meilleure attaque du monde, comme l’a prétendu Kinsgley Coman vendredi?

R: “On a des joueurs de classe mondiale. Avec une équipe comme ça, on peut faire de très belles choses à l’Euro. Il faut rester focalisé sur chaque match parce qu’on a des adversaires très durs à jouer. Si on fait le maximum sur la terrain, je pense que ça peut le faire.”

Q: Voir Karim Benzema à Clairefontaine, ça vous fait quoi?

R: “Ça fait toujours plaisir d’avoir des joueurs du type de Karim en équipe de France. Il peut nous apporter un plus comme il sait le faire avec le Real Madrid.”

Q: Vous êtes revenu in extremis chez les Bleus en mars. Votre absence pendant plus d’un an était-elle un crève-coeur ?

R: “J’ai regardé tous les matches de l’équipe de France. Que j’y sois ou pas, je serai toujours le premier supporter de l’équipe de France. Cette période a été difficile mais je l’ai plutôt prise positivement. Ça m’a permis de bien m’adapter aux consignes du coach à l’Atlético, de bien me concentrer sur la priorité: retrouver du temps de jeu et après, peut-être, retrouver les Bleus.”

Q: En mars, Deschamps vous a titularisé deux fois. Avez-vous quand même tremblé au moment de la liste pour l’Euro?

R: “C’est le coach qui a toujours le dernier mot, surtout que j’avais mon pépin physique. Mais tu as toujours cette petite part de confiance en toi ou tu te dis: +j’ai quand même fait un bon rassemblement juste avant+.”

Q: Durant une préparation, il y a beaucoup de foot mais aussi du temps libre. Comment l’occupez-vous?

R: “Je ne suis pas trop jeux vidéo, donc c’est plutôt la vie collective pour moi: tennis de table, jeux de cartes… Kingsley (Coman) nous a montré un jeu de cartes auquel il joue en Allemagne. Je préfère un jeu collectif que de me retrouver tout seul dans ma chambre.”

Q: En parlant de cartes, est-ce que vous préférez jouer avec ou contre N’Golo Kanté?

R: “Je préfère l’affronter parce que je sais l’énerver, je sais le vexer (rires), même si de temps de temps il va passer par-dessus les règles. C’est N’Golo, je le connais personnellement et je sais comment il est. Je préfère l’affronter, c’est notre petit jeu.”

Q: C’est mieux de l’affronter aux cartes que sur un terrain donc?

R: “+NG+ c’est vraiment une grosse sécurité que tu peux avoir au milieu de terrain. Tu sais qu’il couvre tous les ballons, il apporte défensivement et offensivement, il trouve les bonnes passes entre les lignes. C’est un joueur très, très complet qui le montre chaque saison. Et il grandit de saison en saison.”

Propos recueillis par Jérémy TALBOT, Antoine MAIGNAN et Laurent DI NARDO DI MAIO.