Bleues: Sandy Baltimore dans la cour des grandes

L’explosive milieue des Bleues Sandy Baltimore avec le PSG à l’échauffement avant d’affronter le FC Barcelone en Catalogne, le 2 mai 2021
Par Jeremy TALBOT / © 2021 AFP

Aussi explosive sur le terrain que timide en dehors, l’espoir du Paris SG Sandy Baltimore s’est insérée à vitesse grand V en équipe de France, trimballant “sans pression” son sourire permanent, ses accélérations foudroyantes et une technique au-dessus du lot.

Avec la petite (1,56 m) milieu gauche de 21 ans, attendue mardi en Slovénie en qualifications pour le Mondial-2023, tout va très vite: les dribbles, les sprints, l’éclosion et les phrases, jamais bien longues, souvent ponctuées d’un rire animant son visage juvénile.

“Je suis assez réservée” et avec la célébrité naissante, “c’était compliqué, je perdais mes mots devant les caméras”, raconte-t-elle. Mais la meilleure Espoir du dernier Championnat de France a vite compris “qu’il fallait passer par là. On ne peut pas faire de crochet et partir!”, en rigole-t-elle auprès de l’AFP.

Ses premiers crochets, la footballeuse les a peaufinés “à la récré” avec les garçons, inspirée par les vidéos de son idole Ronaldinho, avant de rejoindre les féminines du PSG à 15 ans. Un an plus tard, elle faisait une première apparition en Ligue des champions.

Ainsi va la vie de Sandy.

Insouciance

Pour Gilles Eyquem, son ancien sélectionneur chez les jeunes, l’aisance de Baltimore relève d’une certaine insouciance. “Je crois qu’elle ne se rend pas compte de tout le potentiel qu’elle a”, avance-t-il.

“Un peu introvertie, mais très sympathique, agréable, travailleuse”, elle présente un profil assez unique, affirme-t-il à l’AFP. “Elle est puissante, capable de faire des différences, elle a un pied gauche exceptionnel”, “une main à la place du pied”.

“Elle manquait un peu de confiance dans la discussion, alors que sur le terrain où elle excellait, elle n’avait aucun problème pour s’exprimer”, résume-t-il.

Sous ses ordres, Baltimore a remporté le Championnat d’Europe des moins de 19 ans en 2019, avec un but en finale à la clé, une performance qui ressemble à un déclic selon lui.

Le PSG a commencé à lui donner davantage de temps de jeu, “elle a prouvé en D1 qu’elle pouvait prendre ses responsabilités, jouer dans la cour des grandes sans problème”, poursuit Eyquem.

Chez les moins de 20 ans, il a fini par lui confier le brassard de capitaine, une “reconnaissance” de son talent autant qu’une incitation à prendre “plus de place”. Elle avait “tellement de respect pour ses autres camarades qu’elle restait un peu en retrait”, en position de “suiveuse”, mais elle a réussi à montrer “du caractère et être un peu plus meneuse”, dit-il.

“Fais-toi plaisir”

La saison dernière, son départ canon lui ouvre la porte de la grande équipe de France, avec une première convocation en novembre.

A Clairefontaine, pas question de trembler: “Ça ne sert à rien de se prendre la tête, j’y vais sans pression. J’aime vraiment le football, donc je n’appréhende pas. Je me dis: +Fais-toi plaisir+”, rembobine l’intéressée, reconnaissable à ses tresses rassemblées en chignon.

La native de Colombes profite de la réception du faible Kazakhstan (12-0) début décembre pour marquer après sa première entrée en jeu. Contre l’Angleterre (3-1), en avril, “première titularisation et deuxième but en équipe de France. Et il est beau hein!”, sourit-elle.

Ce missile du gauche en pleine lucarne montre de quoi la Parisienne est capable, du moins quand elle tente sa chance.

Pour Eyquem, “c’est la future étape: prendre ses responsabilités individuelles et être aussi capable d’aller marquer. Elle maîtrise mais elle n’ose pas. Elle est vraiment très altruiste devant le but, trop même”.

“Si, c’est vrai, il a raison”, mais “je suis généreuse, c’est dans ma nature”, s’esclaffe-t-elle. Et faire la bonne passe, “pour donner un beau cadeau à la joueuse”, lui procure du plaisir.

Mardi contre la modeste Slovénie, la gauchère aura peut-être l’occasion de délivrer de nouvelles offrandes à ses coéquipières, voire de marquer elle-même. En championnat, elle compte déjà deux buts et une passe décisive en trois matches.