Bleues: “Rien n’est figé” concernant les titulaires, assure Diacre

La sélectionneuse des Bleues Corinne Diacre lors d’un point presse à l’issue du match amical entre la France et l’Angleterre à Caen, le 9 avril 2021
/ © 2021 AFP

“Il y a quand même une certaine hiérarchie mais, tout comme le principe de sélection, rien n’est figé, tout peut arriver”, a répondu la sélectionneuse des Bleues Corinne Diacre, interrogée jeudi sur la concurrence à l’intérieur du groupe avant France-Estonie vendredi.

L’équipe de France reçoit les Estoniennes vendredi soir (21h10) à Créteil en qualifications pour la Coupe du monde 2023.

Une joueuse peut-elle gagner sa place de titulaire à l’entraînement? “Je n’ai pas fait mon onze de départ la semaine dernière après la liste. On attend toujours de voir l’état de forme le jour J, comment elles répondent aux entraînements. Il y a quand même une certaine hiérarchie mais, tout comme le principe de sélection, rien n’est figé, tout peut arriver”, a affirmé Diacre.

L’attaquante rémoise Naomie Feller (19 ans), convoquée pour la première fois, a “encore des yeux écarquillés comme une enfant” à l’idée d’avoir rejoint la sélection, a-t-elle illustré. Mais “sur le terrain il faut qu’elle montre ce dont elle est capable, ce pour quoi elle a été appelée aujourd’hui, donc il ne faut surtout pas qu’elle soit timide ou timorée, ce qui n’est pas le cas avec nous.”

En l’absence de Wendie Renard et Griedge Mbock, blessées, la défense centrale devrait être occupée vendredi par Aïssatou Tounkara et Elisa De Almeida.

“On est dans l’adaptation en permanence”, a déclaré la sélectionneuse en conférence de presse. “Il faut trouver d’autres choses, d’autres automatismes, d’autres combinaisons, d’autres formules, pour ne pas être en difficulté” quand les titulaires habituelles ne sont pas là.

Face à la 105e équipe au classement Fifa, il faudra quoi qu’il arrive “bien démarrer le match, être efficace et aller chercher ces trois points pour continuer notre route”.

Pour le premier match de la saison à domicile, les Bleues devraient jouer devant quelque 4.000 spectateurs à Créteil, alors que la capacité maximale était fixée à 7.500 selon la Fédération.

“Je ne crois pas que l’équipe de France suscite moins d’intérêt, au contraire. Le fait que les gens aient été privés de stade avec le virus a fait qu’ils se sont adaptés. Je peux vous assurer que notre diffuseur est ravi des taux d’audience”, a relativisé Diacre.