Bleues: “Pas besoin de revenir sur le passé”, évacue Diacre

La sélectionneuse de l’équipe de France féminine de football, Corinne Diacre, lors d’une conférence de presse, le 26 août 2019 à Saint-Quentin-en-Yvelines
/ © 2021 AFP

“On n’a pas besoin d’envenimer les choses et revenir sur le passé”, a coupé la sélectionneuse de l’équipe de France Corinne Diacre, interrogée mardi en conférence de presse au sujet des tensions ayant animé le dernier rassemblement des Bleues.

Q: Le précédent stage a été marqué par des tensions avec certaines joueuses. Que vous êtes-vous dites lors de la réunion d’explication, fin novembre?

R: “La réunion a été faite, je tiens à ce que cela reste en interne. C’était important de la faire, ça été fait, maintenant je suis tournée vers l’avenir, vers ce groupe élargi qui va jouer le Tournoi de France. Ce stage doit marquer un nouvel objectif pour l’équipe de France. On a cette saison pour bien nous préparer (à l’Euro en 2022, NDLR), donner du temps de jeu à des nouvelles joueuses, peut-être essayer d’autres choses au niveau du système de jeu. Aujourd’hui il faut regarder devant, arrêter de regarder derrière et revenir sur des choses… On se doit d’être très humble, on est des privilégiées aujourd’hui. La situation (sanitaire) est grave, on n’a pas besoin d’envenimer et revenir sur les choses du passé. J’ai envie d’avancer, j’ai bon espoir aussi que mes joueuses entendront ce message et qu’elles auront aussi envie d’avancer. On se doit de faire honneur au maillot bleu mais aussi à la Fédération, on se doit d’être vraiment humble par rapport à ce qui se passe dans notre pays et dans le monde.”

Q: Est-ce qu’Amandine Henry, actuellement forfait et avec qui vous avez été en conflit fin 2020, restera votre capitaine sur l’année 2021? L’avez-vous eue au téléphone?

R: “Je suis focalisée sur le Tournoi de France, je fais étape par étape. Quand la capitaine n’est pas là, ce sont les vice-capitaines qui prennent le relais. Sur ce stage-là, j’ai Eugénie Le Sommer et Marion Torrent.”

Q: En l’absence de Henry, espérez-vous que le climat sera plus léger?

R: “C’est du passé, on s’est dit ce qu’on avait à se dire sur le dernier rassemblement. L’important c’est l’équipe de France, que l’équipe de France continue à gagner. L’équipe est qualifiée pour le Championnat d’Europe, c’était l’objectif et on l’a atteint. Dans la vie d’un groupe, tout n’est jamais parfait. Trouvez-moi un groupe, un entraîneur qui n’a pas de problème avec ses joueurs ou ses joueuses, ça n’existe pas. Par contre, ce qui est important, ce sont les résultats sur le terrain. Charge à nous de faire en sorte d’être humbles, d’être conscients de ce qui ne va pas et trouver des choses pour faire en sorte que tout le monde y trouve son compte. Vivre un peu mieux, mais on n’est pas malheureux en équipe nationale. Nous sommes des privilégiées, il faut qu’on en ait conscience et qu’on se refocalise sur l’essentiel, à savoir le jeu et le terrain.”

Propos recueillis en conférence de presse.