Bleues: “La pression, pas facile”, explique Corinne Diacre

L’entraîneure des Bleues, Corinne Diacre, durant le 8e de finale du Mondial face au Brésil, au Havre, le 23 juin 2019
/ © 2019 AFP

“La pression est sur nos épaules, vous savez, ce n’est pas facile”, a expliqué la sélectionneuse des Bleues Corinne Diacre dimanche après la victoire contre le Brésil en 8e de finale du Mondial.

Selon elle, les Bleues ont eu du mal à se libérer en première période et “n’ont pas aligné trois passes”.

Q: Comment jugez-vous votre première période ?

R: “C’est une première période difficile. On n’a pas aligné trois passes. Je leur ai dit de se libérer, de prendre du plaisir, elles se mettaient une telle pression qu’on en oubliait les fondamentaux. Il nous fallait plus de maitrise, ce qu’on a eu après. Maintenant, on est en quart de finale, plus en 8e. On sait bien que la pression est sur nos épaules, vous savez, ce n’est pas facile. Il faut avoir été sportif pour le savoir, jouer devant un public aussi nombreux, ce n’est pas toujours évident”.

Q: Redoutez-vous l’éventuel quart contre les Etats-Unis ?

R: “On va d’abord regarder le match Espagne-Etats-Unis”.

Q: Etes-vous satisfaite de vos changements au coup d’envoi ?

R: “C’est moi qui fais les choix, je les ai trouvés bons ! A partir du moment où on gagne, j’ai toujours raison! (rire)”.

Q: Quel était votre sentiment après le but ?

R: “C’est votre anniversaire aujourd’hui ? J’étais ravie (ironique). On n’a pas atteint notre objectif encore, on a franchi une étape. Je préfère rester mesurée. Même si ca ne se voit pas, je peux vous dire que je suis satisfaite. Je ne suis pas soulagée car je n’étais pas inquiète. Vous savez, les matches sont difficiles, il ne faut pas croire, on a des adversaires, il ne faut pas leur manquer de respect”.

Q: Même sur le sauvetage de Griedge Mbock ou le but d’Amandine Henry ?

R: “Je suis désolée, je vais encore vous décevoir ce soir. Oui, j’étais de marbre. Ca, je sais faire”.

Propos recueillis en conférence de presse