Bleues: Diacre tente le pari Hamraoui à cinq mois de l’Euro

La sélectionneuse de l’équipe de France féminine de football Corinne Diacre, lors d’une conférence de presse, le 9 février 2021 à Paris, avant les matches amicaux contre la l’Islande et la Suisse
Par Antoine MAIGNAN et Jérémy TALBOT / © 2022 AFP

A cinq mois de l’Euro féminin, la sélectionneuse des Bleues Corinne Diacre a encore écarté la buteuse Eugénie Le Sommer mais a offert à Kheira Hamraoui un retour inattendu mardi pour le Tournoi de France, trois mois après la violente agression subie par la milieu.

La joueuse du Paris SG est la grande surprise de cette première liste de l’année 2022: à 32 ans, Hamraoui retrouve le maillot tricolore près de deux ans après sa dernière apparition, en avril 2019 contre le Japon (3-1) en amical.

Elle pourrait honorer sa 37e sélection dès le mercredi 16 février au Havre, contre la Finlande, ou lors des deux rencontres suivantes: contre le Brésil le 19 à Caen ou face aux championnes d’Europe néerlandaises trois jours plus tard au Havre.

Le pari Hamraoui est osé pour la sélectionneuse, qui mise ces derniers mois sur la continuité et la cohésion: la violente agression de la joueuse par deux individus cagoulés en présence de sa coéquipière Aminata Diallo, dans la soirée du 4 novembre 2021, reste encore non élucidée et l’affaire a perturbé durablement le quotidien du PSG ces dernières semaines.

L’ancienne Barcelonaise a repris la compétition fin janvier, se montrant précieuse à tous ses matches, mais son entente actuelle avec certaines coéquipières et compatriotes interroge: lors de la victoire à Guingamp (6-2) samedi par exemple, elle n’a pas pris part aux effusions de joie collectives après les buts parisiens.

“L’intérêt supérieur, c’est l’équipe nationale. L’histoire qui est sortie relève du domaine privé, elle ne me regarde pas et ne regarde personne. Il faudra faire preuve de beaucoup d’humanité, car Kheira est avant tout une victime”, a expliqué Diacre, demandant “humilité et cohésion” à son équipe.

L’Euro s’éloigne pour Le Sommer

Or pour la sélectionneuse, ce rassemblement de février offre l’une des dernières chances de “revoir certaines joueuses” avant l’Euro en Angleterre, prévu du 6 au 31 juillet. D’ici là, seul un autre stage est au programme, en avril.

Diacre avait d’ailleurs déjà rappelé Hamraoui en octobre, mais celle-ci s’était blessée au pire moment. Son agression en novembre avait encore repoussé son retour.

Aminata Diallo, entendue par les enquêteurs en garde à vue dans cette affaire puis libérée sans aucune charge retenue contre elle, est de son côté absente de la liste de février, qui compte 25 joueuses.

C’est aussi le cas d’Eugénie Le Sommer. La meilleure buteuse de l’histoire des Bleues (175 sélections, 86 buts) est laissée de côté, comme depuis le début de la saison.

L’attaquante de 32 ans, revenue à Lyon cet hiver après un prêt réussi dans la franchise américaine d’OL Reign, voit ses chances de disputer l’Euro cet été s’amenuiser sérieusement, elle qui avait annoncé sur RMC vouloir “tout faire pour y aller”.

“J’ai besoin d’un mélange d’expérience et de jeunesse, je mets peut-être un peu plus de jeunesse à certains postes. Plus le temps avance, plus ça parait compliqué, mais je ne peux pas vous dire qu’elle ne sera pas dans la liste de l’Euro”, a affirmé Diacre.

Des absences

En attaque, la jeunesse est symbolisée par Melvine Malard, Delphine Cascarino ou encore Sandy Baltimore, qui accompagnent la cadre Kadidiatou Diani et l’indéboulonnable buteuse Marie-Antoinette Katoto. Valérie Gauvin est de son côté laissée sur le carreau, remplacée par Ouleymata Sarr (Paris FC).

En défense, la capitaine Wendie Renard, absente sur blessure en octobre et novembre, effectue logiquement son retour, au contraire d’Elisa De Almeida et Perle Morroni.

Au milieu de terrain, l’ancienne capitaine Amandine Henry, boudée par Diacre depuis plus d’un an, est blessée à une cheville et donc ne postulait même pas à un retour.

La Bordelaise Charlotte Bilbault, sortie blessée en Championnat dimanche, est bien attendue à Clairefontaine dès samedi, à deux jours du départ pour Deauville, où les Bleues séjourneront pendant le Tournoi de France, épreuve amicale annuelle lancée par la Fédération française en 2020.