L’entraîneur du FC Barcelone, Ernesto Valverde, lors du match de groupes de la Ligue des champions face à l’Inter Milan, au Camp Nou, le 2 octobre 2019
/ © 2019 AFP

L’entraîneur du FC Barcelone Ernesto Valverde pense que le “Clasico” contre le Real Madrid pourra se jouer Barcelone à la date prévue du 26 octobre, malgré les violences en Catalogne.

“Il reste encore neuf jours pour le match, il est clair que cette semaine est un peu étrange à Barcelone, mais il reste du temps. Nous avons confiance en nous, confiance en les nôtres, nous pensons pouvoir jouer ce match dans notre stade”, a affirmé le technicien barcelonais en conférence de presse.

Les émeutes qui ont suivi des manifestations indépendantistes ces derniers jours à Barcelone ont amené la fédération espagnole de football (RFEF) à proposer que le premier “Clasico” de la saison se joue à Madrid et non à Barcelone comme prévu initialement, et de jouer au Camp Nou pendant la seconde moitié de la saison.

“C’est vrai qu’il y a eu des propositions de changer l’ordre (des matches), de jouer d’abord au Bernabéu, ce qui ne nous convainquait pas”, a déclaré Valverde, rappelant notamment que cela aurait fait enchaîner trois déplacements aux “Blaugranas”: Eibar samedi en championnat, Prague mardi en Ligue des champions puis Madrid le samedi suivant.

“Nous devrions voyager de nouveau, mais ce n’est pas que pour cela, c’est aussi une question de respect pour le calendrier et pour les supporters”, a assuré Valverde.

Barça et Real ont en principe refusé d’inverser le calendrier du “Clasico”. Une autre possibilité évoquée dans la presse espagnole consisterait à reporter la rencontre.

Jouer le match à la date prévue “est une chance pour démontrer plein de choses: que ce match peut parfaitement avoir lieu, que nous respectons l’adversaire, qu’en suivant des règles basiques de civisme, tout peut fonctionner”, a insisté Ernesto Valverde, visiblement lassé des questions sur la rencontre face au Real.