Angleterre: Manchester inflige un 9-0 record à Southampton

L’attaquant de Manchester United, Marcus Rashford, félicité par ses coéquipiers, après avoir marqué le 2e but pour son équipe face à Southampton, lors de leur match de Premier League, le 2 février 2021 à Manchester
/ © 2021 AFP

En supériorité numérique dès la 2e minute, Manchester United a égalé le record de la plus large victoire en Premier League (9-0) mardi contre Southampton et rejoint Manchester City en tête du championnat.

Avant ce spectaculaire duel de la 22e journée, la dernière équipe à s’être imposée avec une telle marge en championnat est Leicester, qui avait déjà écrasé Southampton 9-0 en octobre 2019.

United en démonstration

Bien aidé par son adversaire hors du coup, Manchester United a signé sa plus large victoire en championnat depuis 1995sa victime s’appelait alors Ipswich Town, écrabouillé 9-0.

Grâce à leur démonstration, les Red Devils reviennent à la hauteur du leader City avec 44 points, même si les joueurs de Pep Guardiola, qui se déplacent mercredi à Burnley, ont une meilleure différence de buts et deux matches de moins.

Southampton, qui était dans une phase délicate avant ce match1 victoire, 3 nuls et 4 défaites sur les 8 dernières journées

, s’est sabordé dès les premières secondes.

Alexandre Jankewitz, jeune milieu de terrain titularisé pour la première fois en Premier League, s’est fait expulser dès la 2e minute pour un geste très dangereux sur Scott McTominay.

Manchester United n’a pas tardé à en profiter, insistant sur le flanc droit de la défense où était titularisé le tout aussi inexpérimenté Kayne Ramsay.

Trois des quatre buts inscrits en première période sont venus de ce côté, Luke Shaw, l’arrière gauche des Red Devils, donnant deux passes décisives, pour Aaron Wan-Bissaka (1-0, 18e) et Edinson Cavani (4-0 39e), alors que Marcus Rashford avait marqué le 2-0 (25e) sur une combinaison de Shaw avec Mason Greenwood.

Le 3-0 avait été marqué contre son camp par Jan Bednarek (34e), décidément maudit mardi soir puisqu’il a été exclu en fin de match.

Comme si la soirée n’était pas déjà assez pénible, la VAR a refusé, pour un hors-jeu infime, un but à Che Adams au début du second acte (54e).

Anthony Martial, qui avait remplacé Edinson Cavani à la pause, en a profité pour inscrire un doublé après une disette de 8 matches (5-0, 69e et 8-0, 90e).

McTominay de loin (6-0, 71e), Bruno Fernandes sur pénalty (7-0, 87e) et Daniel James dans le temps additionnel (9-0), ont complété ce festin offensif.

Arsenal se punit lui-même

Arsenal a laissé échapper un match qui lui tendait les bras en concédant un pénalty juste avant la pause et en recevant deux cartons rouges pour David Luiz et Bernd Leno, offrant la victoire à Wolverhampton (2-1).

Les Gunners restaient sur 7 matches sans défaite en championnat et les Wolves sur 8 sans victoire, mais les trajectoires se sont inversées.

Arsenal semblait contrôler le match après avoir ouvert le score de façon méritée par Nicolas Pépé, peu après la demi-heure de jeu (0-1, 32e).

Mais les Gunners ont totalement perdu le fil à la fin du temps additionnel de la première période, où Luiz a croisé la course de Willian Jose qui s’apprêtait à frapper à l’entrée de la surface.

Son genou a touché le talon de l’attaquant et l’arbitre a non seulement accordé un pénalty, mais aussi expulsé le Brésilien.

Depuis qu’il a rejoint Arsenal à l’été 2019, aucun joueur n’a concédé plus de pénalties (6) ou reçu de cartons rouges (3) que lui.

Ruben Neves a transformé le pénalty et au retour des vestiaires, l’ancien Monégasque Joao Moutinho, d’une superbe frappe poteau rentrant de 25 mètres, a donné l’avantage aux locaux (2-1, 49e).

Les choses se sont encore compliquées quand Leno, qui a mal apprécié la trajectoire d’un ballon hors de sa surface, a eu le réflexe malheureux de le dégager du coude, entraînant son expulsion immédiate (72e).

Une soirée à oublier vite pour les hommes de Mikel Arteta, 10e avec 31 points.