L’entraîneur de Liverpool Jürgen Klopp donne des instructions lors du match contre Naples, en C1 à Anfield, le 27 novembre 2019
/ © 2019 AFP

Leader invaincu de Premier League avec 8 points d’avance, Liverpool a entamé une séquence effrénée de matches qui pourrait conforter ou compliquer ses rêves de titre, à commencer par le derby contre Everton, mercredi (21h15).

Dix matches: six de championnat, un de Ligue des champions, un de Coupe de la ligue et deux pour la Coupe du monde des clubs, c’est le copieux menu des Reds entre le 4 décembre et le 2 janvier prochain.

Le mois de décembre, traditionnellement chargé en Angleterre avec le Boxing Dayle lendemain de Noël où des matches sont programméset l’absence de trêve hivernale, prend des proportions gargantuesques pour les hommes de Jürgen Klopp engagés sur tous les fronts.

Pour leurs poursuivants, c’est d’ailleurs presque devenu le dernier espoir de les voir trébucher et relancer un peu le suspense en Premier League.

Privé de son métronome brésilien Fabinho, blessé à une cheville, pour cette période charnière, Liverpool devra aussi faire sans son gardien Alisson, expulsé contre Brighton, pour la réception d’Everton mercredi.

Cruellement battus sur le fil à Leicester (2-1), dimanche, après une performance très combattive, les Toffees n’ont plus que deux points d’avance sur la zone rouge et le sort de leur entraîneur Marco Silva ne semble plus tenir qu’à un fil.

Leicester, seul club à tenir à peu près le rythme de Liverpool avec six victoires d’affilée depuis leur confrontation remportée de justesse (2-1) par les Reds début octobre, recevra la lanterne rouge Watford qui a limogé son entraîneur, Quique Flores, dimanche.

Manchester City, accroché par Newcastle (2-2) ne peut plus se permettre le moindre faux-pas.

Le déplacement à Burnley, 10e, équipe accrocheuse mais qui peine face aux gros, ayant perdu contre Liverpool, Leicester, Chelsea et Arsenal, sera l’occasion de se relancer et d’essayer de garder ses 3 longueurs d’avance sur Chelsea qui recevra Aston Villa.

Les Blues restent sur deux défaites en championnat et donnent des signes de fatigue alors que leur banc a du mal à se mettre à la hauteur de titulaires très utilisés depuis le début de la saison.

Derrière le top 4, le match entre Manchester United et Tottenham ne manquera pas de saveur.

Sur un plan sportif d’abord, compte tenu de l’embouteillage qui règne derrière le top 4: Tottenham, 5e avec 20 points, a autant de retard (6 unités) sur Chelsea (4e) que d’avance sur Everton (17e).

Mais aussi parce qu’il s’agira du retour de José Mourinho à Old Trafford.

Et s’il venait à confirmer la résurrection des Spurs qui restent sur 3 victoires en 3 matches depuis leur changement d’entraîneur, qui sait si cela ne donnerait pas des idées aux Red Devils.

Mourinho avait été remercié du club mancunien il y a presque un an après avoir pris 26 points en 17 matches. Solskjaer aurait besoin de remporter les trois prochaines rencontres, dont le derby à City samedi, pour arriver à ce total…

Le dernier match de la journée, jeudi, verra Arsenal recevoir Brighton, une équipe joueuse et offensive, ce qui n’a rien de rassurant vu les faiblesses défensives de Gunners encore affichées lors du nul à Norwich (2-2) dimanche.

Programme de la 15e journée de Premier League:

Mardi

(20h30) Crystal PalaceBournemouth

(21h15) BurnleyManchester City

Mercredi

(20h30) ChelseaAston Villa

LeicesterWatford

SouthamptonNorwich

WolverhamptonWest Ham

Manchester UnitedTottenham

(21h15) LiverpoolEverton

Jeudi

(20h30) Sheffield UnitedNewcastle

(21h15) ArsenalBrighton