Angleterre: les ambitions de Tottenham au révélateur d’Anfield

L’attaquant de Liverpool Mohamed Salah taclé par le défenseur de Tottenham Danny Rose en Premier League le 11 janvier 2020 à Londres
Par Frédéric HAPPE / © 2020 AFP

Candidats au titre ou pas? La presse anglaise et les observateurs se déchirent sur les chances du leader de la Premier League, Tottenham, de jouer le titre. Rien de tel qu’un déplacement chez le tenant Liverpool, mercredi (21h00), pour en avoir le coeur net.

La question ne sera évidemment pas tranchée définitivement à la 13e journée, d’autant que les Spurs n’ont l’ascendant sur les Reds qu’à la différence de but et que, derrière, le trou n’est pas fait.

Mais une petite mélodie d’il y a 20 ans vient malgré tout parfois chatouiller les oreilles des supporters londoniens: “Les Spurs ont de la chance quand l’année finit en 1”.

Une chanson écrite en 1991 et interprétée par l’équipe en route vers une Coupe d’Angleterre remportée en terrassant au passage l’ennemi héréditaire et futur champion, Arsenal (3-1), lors d’une demi-finale mémorable disputée à Wembley plutôt qu’à White Hart Lane, tant la demande en billets avait été forte.

Avec les Coupes d’Angleterre 1901 et 1921, puis 1981 et 1991, la Coupe de la Ligue 1971, le premier titre de champion en 1951 et le doublé de 1961, le XXe siècle avait été généreux pour les “Lilywhites” lors de ses années “en 1”, même s’il y avait aussi eu des victoire en 1962, 1967 et 1982 en Coupe d’Angleterre et 1973, 1999 et 2008 en Coupe de la Ligue.

Mourinho n’est pas superstitieux

En fin de saison dernière déjà, alors que Tottenham était sur une pente ascendante, José Mourinho avait été taquiné par la presse sur ce sujet.

“Je ne suis pas superstitieux. Je suis probablement l’un des seuls dans le football à ne pas être superstitieux”, avait-il répondu.

“Mais je pense qu’on a une chance d’avoir du succès la saison prochaine. Et quand je dis succès, je ne parle pas d’une saison juste sympa ou réussie. Quand je dis succès, je veux dire que j’ai envie de ramener une médaille à la maison”, avait-il poursuivi.

Malgré un début de saison très chargé avec les tours préliminaires de la Ligue Europa, Tottenham s’est placé sur une belle dynamique, avec un recrutement quasi-sans faute cet été et un duo Harry Kane-Son Heung-min inarrêtable.

Les deux compères ont déjà combiné sur 11 des 24 buts inscrits par leur équipe en championnat et pourraient devenir avant la fin de la saison le duo le plus prolifique dans l’histoire de la Premier League, devant Didier Drogba et Frank Lampard pour Chelsea avec 36 buts, cinq de plus qu’eux depuis qu’ils jouent ensemble.

L’imprévisibilité d’un championnat chamboulé par le Covid-19 a fait le reste et la course au titre semble ouverte comme jamais en Angleterre.

Un effectif “pas assez bon” ?

Certains pensent cependant que la réussite des Spurs pourrait ne pas durer et que José Mourinho, malgré l’impact qu’il a eu sur l’équipe, rentrera bredouille chez lui à la fin de la saison, ou du moins sans le titre de champion.

“Il a déjà réussi auparavant, son CV est fantastique. Mais je ne pense pas que les joueurs qu’il a aux Spurs soient assez bons pour remporter le titre”, avait jugé l’ancien Mancunien Roy Keane, après un nul insipide (0-0) à Chelsea fin novembre.

“Je pense qu’ils sont partis pour une très bonne saison, mais une très bonne saison, c’est très différent de jouer le titre”, avait-il poursuivi.

Le match contre Liverpool sera un test important, aussi révélateur des rêves que peuvent entretenir les Spurs que de ce qu’il reste de la domination des Reds sur ce championnat.

Les hommes de Jürgen Klopp ont 10 points de moins que l’an dernier au même stade et ont déjà laissé filer 11 points contre 15 sur toute la saison dernière, malgré une fin de championnat un peu en roue libre.

Autant dire qu’une victoire contre Tottenham serait la bienvenue pour rendre au champion en titre un peu de son autorité perdue.