Angleterre: le gouvernement veut que les fans de Chelsea ne scandent plus le nom d’Abramovitch

Les supporters de Chelsea déploient une banderole en hommage de l’oligarque russe Roman Abramovitch lors de la réception de Newcastle à Stamford Bridge, le 13 mars 2022
/ © 2022 AFP

Le gouvernement britannique a qualifié lundi de “totalement déplacé” le fait que les supporters de Chelsea scandent régulièrement le nom du propriétaire russe su club, Roman Abramovitch, visé par des sanctions financières en raison de sa proximité supposée avec Vladimir Poutine.

Début mars, les fans de Chelsea, en déplacement à Burnley, avaient scandé le nom de l’oligarque pendant la minute d’applaudissement organisée par la Premier League lors de la 28e journée, en soutien à l’Ukraine, envahie par la Russie.

Le coach Thomas Tuchel s’était désolidarisé de ces agissements immédiatement après le match.

“Ce n’était pas le moment de faire ça”, avait pesté le technicien, “si on veut montrer notre solidarité, on montre notre solidarité et on le fait tous ensemble”.

Les supporters ont remis ça lors des deux matches qui ont eu lieu depuis, à Norwich et contre Newcastle.

“Nous avons bien conscience de la force des sentiments qui entourent un club populaire mais cela n’excuse pas une attitude qui est totalement déplacée à l’heure actuelle”, a indiqué un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.

“Je pense que les gens peuvent manifester leur passion et leur soutien sans avoir recours à ce genre de choses”, a-t-il ajouté.

Ayant racheté le club en 2003 pour en faire une des équipes majeures des années 2000 en Angleterre, avec 19 trophées remportés grâce à des centaines de millions de livres injectés dans les comptes des Blues, Abramovitch jouit d’une très grande popularité chez les supporters.

Les sanctions prises contre lui, avec un gel de ses avoirs qui a aussi affecté le club en l’étranglant financièrement et en compliquant le processus de vente que le Russe avait fini par lancer, n’ont fait que renforcer ce lien.

Le gouvernement a pourtant encore signifié qu’il n’était pas opposé à une vente du club, sous conditions.

“Nous sommes ouverts à une vente du club, nous serions prêt à étudier une demande de modification de la licence (sous laquelle le club a été autorisé à poursuivre ses activités) qui permettrait sa concrétisation, si les circonstances le permettent”, a indiqué le porte-parole, sans plus de précisions.

Or, le club n’a, pour le moment, pas fait de demande en ce sens, a-t-il encore spécifié.