Angleterre: Everton s’accroche à son rêve européen

Le milieu finlandais d’Everton Gylfi Sigurdsson (g) à la lutte avec l’attaquant franco-ghanéen de Crystal Palace Jordan Ayew, le 8 février 2020 à Liverpool
/ © 2020 AFP

En battant Crystal Palace (3-1) samedi, en ouverture de la 26e journée, Everton se rapproche provisoirement des places européennes, objectif fixé par Carlo Ancelotti à son arrivée fin décembre.

Avant ce match déjà, avec 14 points, l’autre club de Liverpool était celui qui avait marqué le plus de points depuis l’arrivée de l’Italien sur son banc, le 26 décembre, derrière les intouchables Reds.

Ce cinquième succès en championnat de l’ère Ancelotti, pour deux nuls et une défaite, permet aux Toffees (7e) de n’avoir qu’un point de retard sur Tottenham, 5e et dernière équipe européenne pour le moment, même si les Spurs joueront la semaine prochaine en raison de l’étalement de la journée sur deux week-ends.

“C’est un résultat vraiment important pour nous après une prestation qui n’a pas été si bonne que cela pendant 60 minutes”, a admis le coach.

“En ce moment, on croit en ce qu’on fait et c’est ce qui compte le plus (…) et maintenant notre classement est bon et on peut rêver de se battre pour l’Europa Ligue lors des prochains matches”, a-t-il ajouté.

Après 15 jours de repos, Everton aura un programme infernal avec des déplacements à Arsenal, Chelsea et Tottenham, et les réceptions de Manchester United, Liverpool et Leicester sur les sept prochaines journées.

La bourde de Pickford

Everton a survécu à une grosse bourde de son gardien international Jordan Pickford, qui a laissé filer sous lui une frappe de Christian Benteke pour l’égalisation et le premier but de l’attaquant belge depuis avril 2019 et 17 matches (1-1, 51e).

Pas vraiment très rassurant venant de celui censé garder les cages anglaises à l’Euro, alors qu’il affiche l’un des taux d’arrêts les plus faibles de Premier League (63%).

Face à Palace qui alignait le plus vieux onze de son histoire (30 ans et 11 jours de moyenne d’âge) au coup d’envoi, Everton s’est néanmoins sorti d’affaire grâce à son duo d’attaquants “do Brasil”.

C’est d’abord une très belle volée du lutin Bernard (1,64 m) qui lui a permis d’ouvrir le score (1-0, 18e), avant que le plus athlétique Richarlison aille tromper Vincente Guaita à la conclusion d’un contre fulgurant (2-1, 58e).

Richarlison a aussi été à l’origine du troisième but de Dominic Calvert-Lewin, qui n’a eu qu’à pousser le ballon à la réception d’une tête du Brésilien repoussée par la transversale sur un corner de Lucas Digne (3-1, 88e).

En fin d’après-midi, Watford a gâché pour le troisième match de suite un avantage pris sur une frappe magnifique de l’ancien rennais Abdoulaye Doucouré (1-0, 19e) chez Brighton, même s’il a cette fois tenu le nul (1-1) face à un concurrent direct dans la course au maintien.

Les Hornets restent cependant 19e avec 24 points, trois points derrière Brighton, 15e.