Angleterre: Chelsea et West Ham se placent

L’entraîneur allemand de Chelsea, Thomas Tuchel, félicite son milieu de terrain, le Brésilien Jorginho, après la victoire (2-0) contre Everton en Premier League, le 8 mars 2021 à Londres
/ © 2021 AFP

En battant Everton (2-0) lundi, Chelsea conserve sa place de 4e de la Premier League, offrant le dernier billet anglais pour la Ligue des champions, et se trouve désormais sous la menace de West Ham, vainqueur de Leeds (2-0) en fin de cette 27e journée.

Chelsea fringant

Onzième match sans défaite depuis l’arrivée de Thomas Tuchel pour Chelsea, qui a encore une fois affiché une belle maîtrise face à des Toffees impuissants.

Ce succès porte à 50 le total de points des Blues, qui ne sont qu’à trois points de Leicester (3e).

C’est en revanche un coup d’arrêt pour Everton qui restait sur trois victoires. Les hommes de Carlo Ancelotti se voient doublés par West Ham (5e avec 48 pts) et sont désormais hors des places européennes, au 6e rang avec 46 unités, mais ces deux équipes ont un match en moins que le quatuor de tête.

Avec Kurt Zouma titulaire en défense centrale pour la deuxième fois sous l’ère Tuchel, mais avec Ngolo Kanté et Olivier Giroud sur le banc au coup d’envoi, Chelsea n’a quasiment jamais été bousculé et boucle un 9e match sans prendre de but sous les ordres du technicien allemand.

Les Blues se sont créé plusieurs occasions nettes, et sans un Jordan Pickford très bon face à Marcos Alonso (41e) et à Timo Werner (80e, 85e), l’ardoise aurait pu être plus lourde pour Everton.

Le manque de réussite persistant de l’Allemand, aligné en pointe, reste un vrai problème compte tenu de l’investissement qu’il a représenté cet été, mais les motifs de satisfaction l’emportent largement pour Tuchel.

Il aura ainsi sans doute apprécié la prestation de Kaï Havertz, impliqué sur le premier but

-même si c’est le malheureux Ben Godfrey qui a dévié le ballon dans ses buts (1-0, 31e)-

et qui a provoqué le penalty du 2-0 transformé par Jorginho (65e).

Un joueur de plus, après Antonio Rüdiger, Marcos Alonso ou Callum Hudson-Odoï, relancé par le technicien allemand et qui donne enfin à Chelsea la pleine mesure d’un effectif riche en quantité et en qualité.

Dans une fin de saison où beaucoup d’équipes peinent physiquement, c’est un atout de poids pour le club du sud-ouest de la capitale qui a désormais en ligne de mire Leicester et Manchester United, 3e et 2e avec respectivement 3 et 4 points d’avance sur Chelsea.

West Ham reste dans le rythme

Les journées passent et les Hammers ne donnent toujours pas de signe d’affaiblissement, avec un succès important face à un Leeds pas verni.

Lundi soir encore, les Hammers ont affiché de réelles qualités collectives et individuelles, démontrant que leur statut de trouble-fête dans la course à l’Europe et même, pourquoi pas, à la Ligue des Champions, n’a rien d’usurpée.

Certes, ils ont été bousculés en seconde période par un Leeds toujours aussi créatif et volontaire dans ses offensives.

Mais ces efforts n’ont pas été récompensés, notamment à cause d’un sauvetage sur la ligne de Craig Dawson à quatre minutes de la fin du temps réglementaire.

La 9e rencontre sans prendre de but pour les Londoniens ne doit cependant rien au hasard et elle a été bonifiée par deux buts en première période.

Le premier sur un penalty de Jesse Lingard repoussé dans un premier temps par le gardien français Ilan Meslier, mais repris victorieusement par le milieu offensif prêté par Manchester United cet hiver (1-0, 21e).

Sept minutes plus tard, c’est Dawson qui a repris au deuxième poteau de la tête un corner pour doubler la mise (2-0, 28e).

Sans grande star et sans faire beaucoup de bruit, mais avec moins de blessés et un calendrier moins chargé que la plupart de ses adversaires, West Ham pourrait bien être la surprise de cette fin de saison.