Angleterre: Chelsea contrarie City avant la finale de C1

L’entraîneur espagnol de Manchester City, Pep Guardiola, lors du match de Premier League à domicile contre Chelsea, le 8 mai 2021 à l’Etihad Stadium
/ © 2021 AFP

Chelsea a retardé le septième sacre en Premier League de Manchester City en s’imposant samedi à l’Etihad Stadium (2-1) lors de la 35e journée et a pris un petit ascendant psychologique à trois semaines de la finale de Ligue des champions entre les deux formations.

Menée 1-0, l’équipe de Thomas Tuchel a renversé le match pour s’imposer dans le temps additionnel face à un effectif de City, il est vrai, très remanié.

Cette victoire est la deuxième de l’entraîneur allemand contre Pep Guardiola, après celle en demi-finale de Coupe d’Angleterre le mois dernier (1-0). Elle permet aux Blues de s’emparer de la 3e place au classement aux dépends de Leicester.

Les Citizens devront eux patienter pour être titrés. Avec 13 points d’avance en tête du classement, ils vont désormais guetter un faux pas de leur dauphin et grand rival Manchester United qui débute une série de trois matches cette semaine par un déplacement à Aston Villa dimanche. Les Sky Blues ne rejouent eux que vendredi contre Newcastle.

Plutôt qu’une répétition générale avant la grande finale du 29 mai à Istanbul, cette rencontre a surtout été un duel psychologique entre Pep Guardiola et Thomas Tuchel.

“Nous savons bien que ce résultat ne va pas changer la finale (de la Ligue des champions), mais nous avons conscience que nous sommes capables de les battre”, s’est félicité le technicien allemand.

Neuf changements pour City

Sans surprise, l’entraîneur catalan a transformé son équipe dans des proportions spectaculaires, avec neuf titulaires du match retour contre le PSG laissés sur le banc ou mis au repos. Son dispositif en 3-1-4-2, avec Sterling derrière les deux attaquants Jesus et Agüero, était inédit cette saison. Mais il rappelait beaucoup celui mis en place contre Lyon, en août dernier, en quart de finale de la Ligue des champions (1-3). Les Citizens avaient, ce jour-là, payé très cher l’imagination sans limite de leur entraîneur.

Thomas Tuchel a senti le piège, en se passant de cinq titulaires de la demi-finale de mercredi contre le Real Madrid, et en titularisant deux seconds choix (Alonso et Gilmour).

La signification de ce résultat est donc relative. Mais en cas de mauvais scénario à Istanbul, l’histoire retiendra peut-être ce nouveau coup de folie tactique de Guardiola.

La première période a été bloquée… comme une finale de coupe. En dehors d’une incursion de Ferran Torres et un tir hors cadre, Manchester City n’a guère pu construire.

Seule une erreur défensive du Danois Andreas Christensen a pu permettre aux hommes de Guardiola d’ouvrir le score. Son dégagement manqué a permis à Jesus de pouvoir centrer, pour Agüero, qui n’a pu reprendre le ballon, au profit de Raheem Sterling (1-0, 44e).

Blessé sur cette occasion, Christensen a été remplacé dans la foulée. Un motif d’inquiétude pour Thomas Tuchel, qui en a fait un titulaire depuis son arrivée.

Agüero rate sa panenka

City n’a pas profité de ce coup du sort dans les rangs de Chelsea pour prendre le large, à l’image de cette panenka complètement ratée de Sergio Agüero avant la pause, sur un penalty qui aurait pu permettre à City de mener 2-0 (45+3). “C’est sa décision. Il a décidé de faire cela à sa façon, il n’y a rien à ajouter” a préféré évacuer Guardiola après le match.

La rencontre a été plus enlevée en seconde période, avec une succession de séquences favorables pour les deux équipes. Il a fallu une perte de balle de Rodri au milieu de terrain pour que Chelsea égalise, d’une frappe de Hakim Ziyech à l’entrée de la surface de réparation, à ras de terre (1-1, 63e). C’est déjà le Marocain qui avait inscrit le but de la victoire en Cup mi-avril.

Les Blues ont progressivement fait monter la pression, et retrouvé un allant similaire à celui vu contre le Real Madrid en Ligue des champions mercredi. Ils ont tenu la dragée haute même après l’entrée en jeu de Gündogan et Foden.

Deux buts de Werner et Hudson-Odoi ont été refusés pour hors jeu, et un lob de Marcos Alonso est passé juste à côté du cadre. La défense de City a fini par voler en éclats, comme elle l’avait avec ce même dispositif face à Lyon l’été dernier. Le but est venu de deux joueurs en quête de confiance, Werner à la passe, Alonso à la conclusion (1-2, 90+2).

“Dans 21 jours, nous allons de nouveau les affronter, et nous allons essayer de tirer les leçons de ce match”, a expliqué Guardiola en attendant sa nouvelle bataille tactique avec Tuchel.