Angleterre: Bielsa défend sa gestion de la blessure à la tête de Koch

L’entraîneur de Leeds Marcelo Bielsa lors d’un match de Premier League contre Newcastle United à Leeds le 22 janvier 2022
/ © 2022 AFP

Marcelo Bielsa a défendu mardi la prise en charge par Leeds de la blessure à la tête de l’Allemand Robin Koch, lors de la défaite de dimanche contre Manchester United (4-2).

Après un choc avec Scott McTominay, le défenseur de Leeds avait d’abord repris le jeu, la tête ensanglantée entourée d’un énorme bandage, avant de sortir définitivement 19 minutes plus tard.

“Nous avons tout fait selon le protocole. J’étais convaincu qu’il ne s’agissait que d’un saignement lié à la coupure. C’était la première conclusion après l’examen du joueur” a déclaré l’entraîneur argentin lors d’une conférence de presse à la veille du match en retard de la 19e journée de Premier League de Leeds à Liverpool.

“Quand il (Koch) a manifesté d’autres symptômes, il a été remplacé. La décision de le remplacer ou non dépend de l’examen médical effectué auprès du joueur quand il prend ce type de coup”, a ajouté Bielsa.

Le technicien s’est justifié en expliquant qu’il ne voulait pas abuser des règles expérimentales adoptées en Premier League permettant de remplacer définitivement un joueur par équipe en cas de choc suspicieux, en dehors de la règle des cinq remplacements maximum.

“Je suis resté sur l’idée initiale, avec la pensée absurde de ne pas vouloir abuser des règles”, a expliqué le technicien de 66 ans.

“La prévention des coups à la tête des joueurs est à prendre au sérieux. Cela peut générer de vrais drames. Mais il est vrai aussi qu’il ne faut pas dramatiser des situations qui ne méritent pas d’être interprétées de la manière dont cette situation a été interprétée”, a-t-il estimé.

La règle du remplacement supplémentaire en cas de suspicion de commotion a été mise en place en Premier League, comme dans d’autres championnats, dont la Ligue 1 en France, dans le cadre d’une expérimentation lancée en 2020 par l’International Board (Ifab), gardien des règles du football.

Le syndicat anglais des footballeurs professionnels (PFA) a plaidé lundi en faveur de remplacements temporaires, plutôt que définitifs, en cas de suspicion de commotion cérébrale, comme c’est le cas dans le rugby.