Angleterre: Arsenal prend la main dans la course à la C1

La joie de l’attaquant brésilien d’Arsenal Gabriel Martinelli, après avoir marqué le 3e but sur la pelouse de Watford, lors de la 28e journée de Premier League, le 6 mars 2022
/ © 2022 AFP

En l’emportant chez le relégable Watford (3-2), dimanche, pour la 28e journée de Premier League, Arsenal grimpe à la quatrième place et entrevoit une qualification pour la Ligue des Champions qui lui échappe depuis 2017.

Avec 48 points, les Gunners devancent Manchester United d’une longueur avant le derby contre Manchester City à l’Etihad (17h30).

Les Londoniens ont, en outre, trois matches en retard, même s’il s’agit d’affiches très relevées avec la réception de Liverpool reprogrammée le 16 mars, et des déplacements à Chelsea et Tottenham, dont les dates n’ont pas encore été fixées.

Mais le sentiment que les étoiles sont en train de s’aligner avec un recrutement réussi, un plan de jeu de mieux en mieux maîtrisé et un calendrier délesté d’autres compétitions que la Premier League, pousse à croire dans les chances d’Arsenal.

Trois jolis buts

Contre les Hornets, 19e à trois unités d’Everton, premier non-relégable (17e), les Gunners ont fait étalage de leurs qualités offensives avec trois très beaux buts qui ont concrétisé des combinaisons menées tambour battant.

C’est d’abord un numéro de duettiste entre Martin Odegaard et Bukayo Saka, sur la droite, qui a permis au Norvégien d’ouvrir la marque (1-0, 5e).

Saka a ensuite chipé un ballon dans les pieds adverses près de la surface et a pris Ben Foster à contre-pied de l’entrée de la surface après s’être appuyé sur Alexandre Lacazette (2-1, 30e).

En début de seconde période, une touche rapidement jouée au milieu du terrain et trois passes en première intention, dont la dernière de Lacazette encore, ont mis Gabriel Martinelli en position pour placer le ballon du plat du pied dans la lucarne droite de Foster (3-1, 52e).

Watford leur a pourtant posé des problèmes, avec un but refusé à Emmanuel Dennis pour hors-jeu dès la 16e seconde et une égalisation magnifique, mais temporaire, de Cucho Hernandez, d’un retourné acrobatique (1-1, 11e).

En fin de match, un très bel enchaînement de Moussa Sissoko (3-2, 87e) a permis aux hommes de Roy Hodgson d’espérer égaliser dans ce match où ils n’ont pas démérité et a rappelé à Arsenal que sa marge d’erreur s’il veut retrouver l’élite européenne est proche de zéro.