Amical: Marseille s’est regonflé le moral à Washington

Les hommes d’Andre Villas-Boas, ici à droite avec Dimitri Payet contre Bordeaux le 18 juillet 2019, ont conclu de la meilleure des manières leur campagne américaine.
/ © 2019 AFP

L’Olympique de Marseille repart des États-Unis avec trois victoires, après avoir laminé l’équipe réserve de DC United (8-1) en match amical, mercredi à Washington DC (États-Unis).

Déjà vainqueurs des EA Ligue 1 Games, le tournoi promotionnel du foot français, les hommes d’André Villas-Boas ont empilé les buts contre les jeunes Américains.

“On repart d’ici avec de la confiance, et très bien du point de vue physique”, a souligné l’entraîneur portugais. Finalement, l’ancien du FC Porto n’était pas mécontent que ses joueurs essuient les très grandes chaleurs de l’Est américain.

“Nous avons un peu souffert de la chaleur, mais au final pour un grand bénéfice physique”, a estimé Villas-Boas. “Nous avons sué, nous avons dû faire des efforts physiques, c’est bien.”

Certes, DC, entre deux journées du Championnat nord-américain, la MLS, jouait sans un seul titulaire, notamment sans sa vedette anglaise Wayne Rooney, mais les satisfactions sont nombreuses à l’OM.

Nemanja Radonjic, qui n’avait jamais marqué pour l’OM dans sa première année, a signé un nouveau joli but (48), Maxime Lopez a réussi un doublé (52, 57), dont une jolie volée sur le premier.

Mandanda se troue

La nouvelle recrue, Alvaro Gonzalez, a joué plus d’une heure, sans être guère testé par les malheureux gamins de DC, dépassés. Le milieu Griffin Yow, par exemple, n’a que 16 ans.

Villas-Boas a aussi testé ses réserves, avec une équipe nettement rajeunie au coup d’envoi, et étrenné un 3-5-2, avant de repasser en 4-3-3 en seconde période avec huit nouveaux joueurs.

Parmi eux, Marley Aké a obtenu le penalty et Florian Chabrolle a signé son premier but en pro, sur un centre de Jordan Amavi. Kevin Strootman l’a transformé (28 s.p.).

Isaac Lihadji aussi a marqué son premier but, mais en déviant légèrement une frappe de Sarr (85).

Enfin Saïf-Eddine Khaoui a clôt la marque (89).

Ce carton est bon pour la confiance. Seul point noir, la sortie ratée sur un corner de Steve Mandanda, alors que l’OM dominait sans partage, qui a permis à Quincy Amarikwa de marquer de la tête (44).

Après la pause, Villas-Boas a fait rentrer les autres cadres, est repassé en 4-3-3, son système depuis la début de la préparation, et l’OM a roulé sur DCU, dans un stade Audi Field mieux rempli que pour le tournoi français.

“On a bien joué au foot”, a conclu AVB, qui a donné deux jours libres à ses joueurs, qui rentraient le soir même en avion, avec reprise samedi 17h à La Commanderie, “pour se reposer un peu après 24 jours intense”. L’Amérique leur a fait du bien.