Raheem Sterling (d) et Joe Gomez (g) lors de l’entraînement de l’équipe d’Angleterre, à Burton-upon-Trent, le 12 novembre 2019
/ © 2019 AFP

Écarté du groupe anglais pour le match éliminatoire pour l’Euro 2020 contre le Montenegro jeudi, après une altercation avec un coéquipier de Liverpool, l’attaquant de Manchester City Raheem Sterling a expliqué mardi que ses “émotions ont pris le dessus”.

Sur son compte Instagram, Sterling a admis avoir eu “des mots” avec le défenseur de Liverpool, Joe Gomez, quelques jours après la défaite à Anfield (3-1) relégant City à 9 points des Reds dans la course au titre.

“Joe et moi avons tous deux eu des mots, mais on a réglé le différend et on est passés à autre chose (…) Je suis assez mûr pour admettre quand mes émotions ont pris le dessus”, a précisé le joueur qui ne se dit ni désolé, ni ne présente d’excuses après l’incident.

Ayant traîné longtemps une image de mauvais garçon auprès de certains médias, Sterling a invité à “ne pas rendre plus important que ça ne l’est un truc qui a duré 5 à 10 secondes”.

L’incident est cependant suffisamment gravela presse a évoqué une “confrontation physique” entre les deux hommes, séparés par leurs coéquipierspour que le sélectionneur Gareth Southgate choisisse de se passer de l’un de ses titulaires indiscutables pour un match capital, puisque l’Angleterre doit encore assurer son billet pour l’Euro de l’an prochain.

“Un de nos plus grands défis et de nos plus grandes forces a été d’être capable de séparer les rivalités de clubs et l’équipe nationale. Malheureusement, les émotions du match de (dimanche) étaient encore vives”, avait expliqué Southgate dans le communiqué publié tard lundi soir annonçant la sanction.

Gomez et Sterling avaient d’ailleurs eu une petite altercation à la fin d’un match tendu entre leurs deux équipes et qui a ressemblé fort à un passage de témoin entre le tenant City et le désormais grandissime favori pour le titre, Liverpool.

Jeudi, l’Angleterre n’aura besoin que d’un point face à la lanterne rouge du groupe, ou qu’il y ait un vainqueur dans le match République Tchèque-Kosovo, pour assurer sa présence à l’Euro, dont la finale se disputera à Wembley.

Si elle n’y parvient pas, elle aura un match-couperet au Kosovo dimanche.