Allemagne: Wirtz contre Musiala, bal des prodiges pour Leverkusen-Bayern

L’attaquant munichois Jamal Musiala pendant la rencontre de Bundesliga entre le RB Leipzig et le Bayern Munich le 11 septembre 2021 à Leipzig
Par Christophe BEAUDUFE / © 2021 AFP

Leverkusen-Bayern, le choc des leaders de la Bundesliga, met face à face dimanche (15h30) deux prodiges de 18 ans, déjà internationaux allemands: l’attaquant munichois Jamal Musiala et celui de Leverkusen Florian Wirtz, attendus dans leur pays comme des stars des années 2020.

“Nouveau Neymar”

Garçon fluet au visage d’enfant, surnommé “Bambi” par ses camarades, Musiala donne une incroyable impression d’insouciance et de légèreté lorsqu’il se joue des défenseurs adverses dans des dribbles chaloupés.

“Il a un aimant dans les pieds, le ballon revient toujours vers lui, il est extraordinaire”, s’enthousiasme son entraîneur au Bayern Julian Nagelsmann, alors que Lothar Matthäus, le recordman des sélections allemandes (150), parle carrément d’un “nouveau Neymar”.

C’est Hansi Flick, ex-coach du Bayern et aujourd’hui sélectionneur, qui a déniché cette pépite au centre de formation du “Rekordmeister” et l’a fait débuter en Bundesliga puis en Ligue des champions, fin 2020.

Quelques mois plus tard, en mars, Joachim Löwsélectionneur à l’époquelui offrait sa première cape à 18 ans et un mois. Avant de le convoquer dans le groupe pour l’Euro-2020, durant lequel il a joué quelques minutes.

La semaine dernière, il est devenu le plus jeune buteur de l’histoire de la “Mannschaft” depuis 1910, à 18 ans et 227 jours (contre la Macédoine du Nord, 4-0).

Bi-national, Musiala avait joué auparavant dans les sélections de jeunes pour l’Angleterre.

“Ce qui est spécial chez lui, c’est qu’il a une super mentalité en plus de son talent”, témoignait récemment son coéquipier au Bayern Thomas Müller, qui voit en lui un “magicien”.

“Il est travailleur, modeste, mais il a confiance en lui”, poursuit Müller, “ce n’est pas le gars qui se la joue prétentieux dans le vestiaire, mais il joue intelligemment”.

“Best-seller”

Face à lui dimanche, Florian Wirtz. L’adolescent de 18 ans fait cette semaine la Une de Kicker, le magazine allemand du football. “L’histoire de ce joueur ne fait que commencer, et elle promet d’être un best-seller”, prédit Kicker: “Il ne fait aucun doute qu’il sera bientôt titulaire en sélection”.

Et d’ajouter que non seulement Wirtz est un talent pur en attaque, mais aussi qu'”il incarne l’artiste qui sait se faire mal. Il ne recule jamais, il se lance dans les duels avec assurance et agressivité”.

Milieu offensif ou ailier, cet attaquant compact (1,76 m), champion d’Europe Espoirs 2021 avec l’Allemagne, détient déjà un record de précocité: en donnant la victoire à Leverkusen 1-0 contre Mayence le 25 septembre, il est devenu le plus jeune joueur de l’histoire à atteindre la barre des 10 buts en Bundesliga.

Cette saison, il a déjà marqué quatre fois et délivré cinq passes décisives, en six matches.

En septembre et octobre, Hansi Flick l’a appelé pour la première fois en équipe nationale. En 76 minutes de jeu (quatre entrées comme “joker”), il a offert deux buts à ses partenaires, et fait montre d’un culot étonnant.

Un culot dont il ne manque pas non plus dans le vestiaire, contrairement à Musiala: “Dès le premier jour, il a commencé à mettre son grain de sel”, raconte son coéquipier de Leverkusen Julian Baumgartlinger: “Il se fiche de ce que pensent les autres, c’est même sa marque de fabrique. Il est insolent, parle librement, et ne se demande pas comment ça va être perçu”.

Dimanche, Wirtz aura un avantage sur Musiala: à Leverkusen, il est quasiment assuré d’une place de titulaire. Musiala, lui, est en concurrence avec les Sané, Gnabry, Coman, Müller et autre Lewandowski: son statut de jeune prodige ne lui garantit en rien une place dans le onze de départ de Julian Nagelsmann.