Allemagne: Rummenigge met son Bayern au défi de rebondir

Le président du Bayern Munich, Karl-Heinz Rummenigge, à Baden-Baden, le 20 décembre 2020
/ © 2021 AFP

Une défense aux abois, deux défaites consécutives en championnat et en coupe: Karl-Heinz Rummenigge, l’intransigeant patron du Bayern, a rappelé à l’ordre le coach Hansi Flick et son équipe avant le retour en Bundesliga dimanche contre Fribourg.

“L’équipe, avec l’entraîneur, doit maintenant démontrer que ce qu’il s’est passé était un accident de parcours”, a-t-il lâché vendredi dans une interview à la presse munichoise.

“Nous devons retrouver le style de jeu et l’attitude qui ont fait notre marque de fabrique, notamment l’été dernier, lorsque nous pressions l’adversaire très haut, que tout le monde participait”, a-t-il ajouté, en référence au triomphe lors du tournoi final de Ligue des champions à Lisbonne, qui a permis au “Rekordmeister” de remporter le deuxième triplé coupe-championnat-Ligue des champions de son histoire.

Vendredi dernier contre Mönchengladbach en Bundesliga, le Bayern a perdu 3-2 après avoir mené 2-0. Une nouvelle fois, la défense a flanché. Le champion en titre a encaissé 24 buts en 15 journées cette saison. Avant les matches de ce wekk-end, sur les 18 formations de Bundesliga, seules… cinq avaient fait pire!

Pas de droit à l’erreur

Et l’élimination aux tirs au but mercredi en 16e de finale de coupe, contre Kiel (deuxième division), a remué le couteau dans la plaie. Les Bavarois menaient 2-1 après 90 minutes de jeu, et ont encaissé un but égalisateur à la cinquième minute du temps additionnel.

Hansi Flick, très déçu à la fin du match, a été le premier à admettre que le style de jeu actuel risquait de ne pas suffire pour viser les objectifs du club: remporter la Bundesliga pour la 9e fois consécutive et conserver le titre en Ligue des champions.

Le coach connaît par ailleurs trop bien son club pour savoir que dimanche (15h30), contre le 8e du classement Fribourg, il n’aura aucun droit à l’erreur.

Lors de la conférence de presse d’avant-match, il a joué profil bas: “Nous sommes sous contrat avec le Bayern Munich. Nous devons très rapidement revenir sur les bons rails”.

Au classement du championnat, Munich reste cependant leader, profitant des faux pas répétés de ses rivaux les plus proches. Leipzig vient de prendre seulement un point en deux matches, et Leverkusen connaît un passage à vide depuis décembre. S’il gagne dimanche contre Fribourg, le Bayern sera même assuré d’être champion d’hiver, avec quatre points d’avance sur Leipzig avant la dernière journée des matches aller, mardi et mercredi soir.

Manque de fraîcheur

La raison de cette baisse de forme? Flick admet qu’après l’exceptionnelle année 2020, conclue en septembre par les victoires en supercoupes d’Allemagne et d’Europe, ses joueurs manquent un peu de fraîcheur mentale et physique.

Des garçons comme David Alaba, Benjamin Pavard ou Alphonso Davies, qui furent les piliers de la défense l’an dernier, ont connu ou connaissent un passage à vide cette saison. A vrai dire, les seuls qui jouent à leur meilleur niveau

mais quel niveau!

sont Manuel Neuer, extraordinaire dans les buts, Robert Lewandowski, déjà auteur de 20 buts en 15 journées de Bundesliga, Joshua Kimmich, le régulateur du milieu de terrain, Thomas Müller, ressuscité depuis l’arrivée de Flick sur le banc, et Kingsley Coman, ralenti depuis quelques semaines par des problèmes musculaires.

Par ailleurs, les joueurs arrivés au mercato d’été n’ont pour l’instant pas prouvé qu’ils pouvaient se hisser au niveau attendu. L’ancien Marseillais Bouna Sarr à l’arrière, ou Marc Roca au milieu par exemple, ont fait des entrées plutôt discrètes.

Pour Lothar Matthäus, ancienne gloire du club, Ballon d’Or 1990 et aujourd’hui consultant, la cause est entendue: “l’effectif, dans sa largeur, n’est pas à la hauteur d’une équipe dont le but était de regagner le triplé”.