Allemagne: le Bayern joue le titre à Leipzig, sans Lewandowski

Le milieu de terrain du Bayern Munich, Leroy Sané, tente de prendre de vitesse le défenseur espagnol de Leipzig, Angelino, lors de leur match de Bundesliga, le 5 décembre 2020 à l’Allianz Arena à Munich
/ © 2021 AFP

S’il s’impose samedi chez son dauphin Leipzig, le Bayern aura quasiment en poche un neuvième titre consécutif de Bundesliga. Mais à quatre jours de son match contre le PSG en Ligue des champions, le “Rekordmeister” va devoir montrer qu’il sait gagner sans Lewandowski, blessé.

En cas de victoire, le “Rekordmeister” se retrouvera avec sept longueurs d’avance à sept journées de la fin. “La lutte pour le titre serait probablement terminée”, a admis vendredi le coach Julian Nagelsmann.

En revanche, si Leipzig fait chuter l’ogre bavarois et revient à un point, la fin de saison se transformera en thriller.

. Y a-t-il une vie sans Lewandowski?

Le Bayern part avec un handicap énorme: Robert Lewandowski, auteur cette saison de 35 buts en 26 journées de championnat, est indisponible. Victime d’une entorse du genou avec la sélection polonaise dimanche, il est sur la touche pour quatre semaines environ.

“Il est clair que le meilleur joueur du monde n’est pas remplaçable un pour un”, analyse Lothar Matthäus, l’homme aux 150 sélections devenu consultant vedette, “son absence dans un match aussi important va fortement affaiblir le Bayern, et pas seulement sur le plan sportif. Sa personnalité va aussi manquer sur le terrain”.

Hansi Flick, le coach munichois, assure lui qu’il n’a pas d’états d’âme: “L’absence d’un joueur majeur est une situation normale pour un entraîneur. Mon rôle est de trouver une solution”, dit-il.

Option numéro un: repositionner Serge Gnabry en avant-centre. Polyvalent, mais généralement utilisé comme ailier au Bayern, l’attaquant de 25 ans a joué en pointe avec l’équipe nationale la semaine dernière. Il a été associé à trois des cinq buts de la Mannschaft en qualifications du Mondial-2022.

Flick n’a pas exclu non plus de donner sa chance à Eric Maxim Choupo-Moting, recruté pour servir de doublure à Lewandowski. L’ancien du Paris SG a fait bonne impression lors de ses quelques entrées en jeu cette saison.

. Pourquoi Leipzig peut y croire

Le RB, en passe de supplanter Dortmund comme deuxième puissance footballistique allemande, possède des statistiques intéressantes contre le Bayern.

Julian Nagelsmann, son jeune et brillant coach, n’a jamais été battu par les Bavarois depuis qu’il est à Leipzig. Il a arraché trois matches nuls, dont un très spectaculaire 3-3 à Munich le 5 décembre, où Leipzig a ouvert le score puis mené 3-2 jusqu’à un quart d’heure de la fin.

“Si nous jouons avec la même conviction qu’à l’aller, ça peut être le match de la saison pour nous”, prédit le technicien de 33 ans.

L’absence de Lewandowski? “Evidemment le Bayern serait meilleur avec lui, admet-il, mais ils ont tout de même une équipe de classe mondiale”.

Le RB, au palmarès toujours vierge, n’a rien à perdre et se trouve psychologiquement dans la meilleure situation possible. “La pression n’est pas sur nous”, assure le milieu de terrain Marcel Sabitzer, “ça joue en notre faveur”.

“Jamais encore nous n’avons été aussi longtemps dans la course au titre”, note pour sa part le patron du club Oliver Mintzlaff, “nous n’allons pas nous dégonfler maintenant, nous nous battrons jusqu’au bout”.

Un succès entretiendrait non seulement les espoirs en championnat, mais également un rêve fou de doublé, puisque Leipzig est qualifié pour les demi-finales de la Coupe d’Allemagne alors que le Bayern est éliminé.

Cette année encore, les dirigeants n’ont fixé à Nagelsmann aucun objectif concret, sinon de “continuer à faire progresser le club”. Lancé par Red Bull en 5e division en 2009 avec l’ambition de devenir un jour un rival du Bayern, promu en Bundesliga en 2016, le RB est de toute façon en avance sur son tableau de marche.