Allemagne: du Bayern à la Mannschaft, comme une évidence pour Flick

Hans-Dieter (Hansi) Flick, alors adjoint à la Mannschaft, plaisante avec le sélectionneur Joachim Löw lors d’un défilé festif à Berlin, le 15 juillet 2014 au lendemain de la conquête de la Coupe du monde
Par David COURBET / © 2021 AFP

De la meilleure équipe allemande à la sélection nationale: Hansi Flick, futur ex-entraîneur du Bayern Munich, sera le prochain sélectionneur de l’Allemagne après l’Euro de juin avec un contrat jusqu’en 2024.

Cette nomination était attendue depuis plusieurs semaines et ne faisait que peu de doutes tant le technicien de 56 ans semblait le successeur idéal de Joachim Löw qui, après 15 ans à la tête de la Mannschaft, avait annoncé en mars vouloir arrêter après l’Euro.

“Je suis très impatient car je vois la classe des joueurs, en particulier des jeunes joueurs allemands. Nous avons donc toutes les raisons d’aborder les tournois à venir, par exemple le championnat d’Europe à domicile en 2024, avec optimisme”, s’est réjoui le natif du Bade-Wurtemberg, comme Löw.

Sentant la voie de la sélection allemande se libérer, Flick avait, peu de temps après la nouvelle du départ de Löw, annoncé son départ du club bavarois.

La Fédération allemande (DFB) avait rapidement reconnu avoir entamé “des discussions” avec Flick, ancien adjoint de Löw entre 2006 et 2014, année du titre mondial des Allemands.

Selon plusieurs médias, il avait également été contacté par d’autres clubs, dont Barcelone, à la recherche d’un potentiel successeur de Ronald Koeman.

Mannschaft “bavaroise”

Arrivé sur le banc du Bayern en 2019, Flick figure parmi les entraîneurs les plus prolifiques de l’histoire du club avec sept titres remportés, dont deux championnats et une Ligue des champions (2020).

Unanimement apprécié dans le vestiaire pour son écoute et empathie mais aussi des supporters pour les titres remportés, les tensions en interne semblaient cependant trop importantes pour poursuivre cette “success story”.

En froid avec le directeur sportif du Bayern Hasan Salihamidzic concernant la politique de recrutement, Flick, s’estimant insuffisamment respecté, avait demandé en avril à ses dirigeants de résilier son contrat qui courait pourtant jusqu’en 2023.

Le club avait accédé à cette demande et nommé sans tarder son successeur: Julian Nagelsmann, 33 ans, pioché chez le concurrent du RB Leipzig.

En poste à partir de l’automne prochain officiellement, Flick ne devrait cependant pas avoir besoin de trop de temps pour s’acclimater à la sélection allemande.

Outre qu’il connaît les arcanes de la Mannschaft pour avoir été l’adjoint de Löw, il y retrouvera bien sûr l’armada bavaroise, club qui y envoie le plus d’internationaux allemands.

Avec Serge Gnabry, Leroy Sané, Joshua Kimmich, Leon Goretzka, Niklas Süle mais aussi les vétérans Manuel Neuer et Thomas Müller, fraîchement rappelé en sélection pour l’Euro, “l’homme qui murmure à l’oreille des internationaux” peut compter sur des joueurs qui lui avaient témoigné toute leur gratitude et confiance en club.

Objectif “sommet du monde”

En fonction du parcours à l’Euro de la sélection allemande, sous les ordres de Joachim Löw pour la dernière fois et en pleine reconstruction après la débâcle du dernier mondial russe, son objectif sera de lui faire retrouver son statut d’épouvantail sur la scène internationale.

“Nous avons un grand objectif commun: revenir au sommet du monde”, l’a d’ailleurs prévenu mardi Oliver Bierhoff, le directeur de la DFB.

Le Mondial-2022 au Qatar sera son premier test pour reformer un collectif bien huilé qui entend faire partie des favoris pour l’Euro “à la maison”, en 2024.

Un défi qui ne devrait pas effrayer Flick: le simple “intérimaire” qui avait repris les rênes du Bayern après l’éviction de Niko Kovac en novembre 2019, alors que son équipe ne pointait qu’à la 4e place de Bundesliga, avait su rapidement inverser la tendance.

Sous ses ordres, le “Rekordmeister” n’avait alors presque plus connu la défaite pour finir la meilleure saison de son histoire, auréolée de 6 titres, dont la Ligue des champions, le championnat et la Coupe nationale.

Calme, pondéré mais perfectionniste, “super Flick” semble le meilleur choix pour remettre de l’ordre dans une Mannschaft toujours convalescente.