Allemagne: Dortmund et Leverkusen ratent le coche

Le défenseur brésilien de Leverkusen, Wendell (g), et l’attaquant de Mayence, Karim Onisiwo, luttent pour le ballon lors du match de Bundesliga à Leverkusen, le 13 février 2021
/ © 2021 AFP

Le Bayern et Leipzig, en haut du classement de la Bundesliga, peuvent dormir tranquilles: leurs poursuivants multiplient les faux pas, comme Leverkusen et Dortmund samedi, contraints au nul par des équipes moins bien classées lors de cette 21e journée.

Leverkusen menait 2-0 contre l’avant-dernier Mayence à la 89e minute, mais a ensuite encaissé deux buts. Le Bayer, malgré un Moussa Diaby toujours aussi intenable, est provisoirement quatrième à 12 points du leader Munich, mais peut être dépassé dimanche par Francfort, qui reçoit le 14e Cologne (15h30).

Munich est en tête avec 48 pts et un match à jouer lundi contre le barragiste Bielefeld. Leipzig, vainqueur vendredi 2-1 de Augsbourg, suit avec 44 points, devant Wolfsburg (38 pts).

Bien loin de ces sommets, le Borussia Dortmund, seule équipe allemande de Ligue des champions en lice ce samedi, a sauvé in extremis le point du nul (2-2) après avoir été mené à domicile par Hoffenheim.

Edin Terzic, l’entraîneur bombardésans aucune expérience du haut niveausur le banc mi-décembre après le limogeage de Lucien Favre, n’a gagné qu’un seul de ses six derniers matches de championnat, et se trouve déjà sur la sellette deux mois à peine après son arrivée.

Dans cette atmosphère de crise, le déplacement mercredi à Séville, en huitième de finale de Ligue des champions, ne semble plus une priorité: pour sauver leur saison, et assurer leur avenir financier et sportif à moyen terme, les vice-champions d’Allemagne en titre doivent absolument terminer dans le top-4 pour se qualifier pour la lucrative Ligue des champions, un objectif qui paraît actuellement compromis.

L’équipe stagne provisoirement en sixième position, la dernière qualificative pour un strapontin en Ligue Europa, et sera dépassée dimanche par Mönchengladbach si les “Poulains” s’imposent contre Wolfsburg.

Comme souvent, le talent individuel de Jadon Sancho (1-0, 24e) et de Erling Haaland (2-2, 81e) a permis de sauver le minimum, mais l’équipe a une nouvelle fois donné l’impression d’être déséquilibrée, avec un milieu de terrain n’assurant pas le lien entre la défense et le secteur offensif. Et sans leaders capables de sonner la révolte dans les moments difficiles.

“On s’est battu, mais on n’a forcément bien joué, nous avons mis de la bonne volonté mais c’était un match un peu fou”, a estimé le défenseur central Mats Hummels.

“Nous sommes en progrès”, a-t-il cependant assuré, sans vraiment convaincre, “mais ça n’arrive pas du jour au lendemain, avec aucun entraîneur au monde”.

Les dirigeants, qui ont décidé de confier l’équipe à Terzic, l’ancien adjoint de Favre, jusqu’à la fin de saison, risquent de devoir rapidement repenser leur plan si l’amélioration promise ne se traduit pas très vite en résultats.