Le sĂ©lectionneur de l’AlgĂ©rie, Djamel Belmadi, lors du match amical face Ă  la Colombie, Ă  Villeneuve-d’Ascq, le 15 octobre 2019
/ © 2019 AFP

“Les supporters ont fait un travail magnifique”, a saluĂ© Djamel Belmadi, le sĂ©lectionneur algĂ©rien, après la victoire contre la Colombie (3-0) mardi Ă  Lille, tout en annonçant vouloir “reproduire” Ă  l’avenir d’autres matches de ce type sur le sol français “Ă  Marseille, Nice ou Paris”.

Q: Qu’avez-vous pensé de l’ambiance ce (mardi) soir ?

R: “Super, il y avait une très belle ambiance, on s’est senti Ă  la maison. Le stade Ă©tait acquis Ă  notre cause, les supporters ont fait un travail magnifique. Ils sont venus supporter leur Ă©quipe, c’est ce qu’on espĂ©rait, ce qu’on voulait, et il n’y a rien Ă  redire. Il y a eu un petit incident Ă  la fin avec ces deux hommes qui ont dĂ©cidĂ© de venir un peu gâcher cette fĂŞte (en pĂ©nĂ©trant sur le terrain). Sinon, Ă  part ça, c’était superbe.”

Q: Est-ce que vous souhaitez revenir jouer en France dans un avenir proche?

R : “Il y a une forte communautĂ© algĂ©rienne, vous avez vu l’engouement qu’il y avait. La France est, je pense, le pays avec la plus grande communautĂ© algĂ©rienne, et, d’une certaine manière, c’Ă©tait un test pour voir si les choses se passeraient bien. C’est malheureux de dire ça, mais il faut montrer patte planche. Les choses se sont bien dĂ©roulĂ©es. Certaines villes ont refusĂ© de jouer ces matches-lĂ , Ă  tort ou Ă  raison, lĂ  n’est pas le dĂ©bat, mais demain aller jouer Ă  Marseille, Nice ou Paris serait intĂ©ressant. C’est Ă  reproduire.”

Q : Sur quoi votre boulot de coach va être axé désormais?

R: “Il y a beaucoup de travail, on veut progresser. L’environnement doit ĂŞtre de compĂ©tition et de dĂ©passement de soi. On est encore loin d’être parfaits, on peut ĂŞtre mieux organisĂ©s, on peut faire encore plus mal, ĂŞtre plus fluides dans notre jeu. Et, il y a l’objectif d’une qualification pour la Coupe du monde. On n’y est pas encore, des matches vont arriver en mars. Les matches en Afrique sont particuliers et difficiles, il n’y a plus de petites nations africaines.”

Propos recueillis en conférence de presse.