A Milan, Maignan relève le gant de l’après-Donnarumma

Le gardien de Lille, Mike Maignan, lors du 16e de finale retour de la Ligue Europa sur la pelouse de l’Ajax Amsterdam, le 25 février 2021
Par Anthony LUCAS avec Jeremy TALBOT à CLAIREFONTAINE / © 2021 AFP

Le titre de champion de France à peine célébré, Mike Maignan tourne la page lilloise en rejoignant pour cinq ans l’AC Milan où il va avoir la lourde tâche de succéder à Gianluigi Donnarumma, l’enfant du club rossonero.

“Je n’arrive pas pour faire oublier Donnarumma, mais je viens pour faire mon travail et donner le meilleur de moi-même”, a assuré le troisième gardien de l’équipe de France, lors d’une conférence de presse à Clairefontaine où les Bleus sont rassemblés pour préparer l’Euro.

L’AC Milan avait officialisé quelques instants plus tôt la signature jusqu’en juin 2026 du portier de 25 ans, qui gardera la cage des Rossoneri avec le maillot N.16.

Le gardien a signé son contrat mardi à Milan, après avoir passé sa visite médicale. Les 48h de délai ont permis à l’AC Milan d’officialiser mercredi le départ de Donnarumma: enfant du club, dont il garde les buts en Serie A depuis qu’il a 16 ans et demi, “Gigio”, 22 ans, est en fin de contrat, mais les discussions menées depuis plusieurs mois avec son agent, le puissant Mino Raiola, n’ont pas permis de trouver un terrain d’entente sur les conditions salariales.

“Grandi en tant qu’homme”

“C’est un projet très ambitieux, qui va m’aider dans ma progression et je sais que je peux apporter un plus à l’AC Milan”, a assuré Mike Maignan, qui arrive à Milan au moment où le club va retrouver la Ligue des champions, après sept ans d’absence dans la plus prestigieuse des compétitions de clubs que les Rossoneri ont remportée à sept reprises.

A Lille, cette saison, le gardien, titulaire en puissance des Bleus dans quelque temps, a continué à prendre de l’envergure.

D’abord sur le terrain, où il a réalisé une saison pleine, avec 21 “clean sheets” (matches sans encaisser de but). Ensuite dans les vestiaires, où il a prend la parole régulièrement. Le Guyanais, plutôt réservé, est devenu l’un des cadres de l’effectif, et dans une saison sans public, sa voix a souvent résonné dans les stades vides pour motiver ses équipiers ou les rappeler à l’ordre.

“J’ai grandi en tant qu’homme, j’ai pris de l’expérience, de la maturité. La tête conditionne beaucoup”, a-t-il expliqué.

Lille a confirmé de son côté “l’accord total conclu avec l’AC Milan pour le transfert de Mike Maignan”.

“Ibra” le fait “kiffer”

Touché de plein fouet par la crise due à la pandémie de coronavirus et par la défaillance de Mediapro, le diffuseur de la Ligue 1, le nouveau champion de France, qui vient aussi de perdre son entraîneur Christophe Galtier, devrait toucher une indemnité de transfert de l’ordre de 15 millions d’euros, selon la presse italienne.

A Milan, Maignan se réjouit de son côté de retrouver avec “Ibra” un joueur qu’il adore: “Je l’aime de ouf. Il est vrai. Il dit ce qu’il a à te dire en face”, disait-il en décembre 2019 à France Football, au sujet du Suédoisvéritable âme de ce nouveau Milanqu’il a eu l’occasion de côtoyer à l’entraînement au Paris SG il y a quelques années.

Maignan avait notamment expliqué avoir répliqué à une insulte du géant suédois sur des séances de tirs, mais tout s’était réglé à l’amiable aux vestiaires: “Une fois rentré au vestiaire, il m’a dit +C’est bien, j’aime comment tu es, j’aime ta personnalité+. Déjà que je l’aimais, ça m’a encore plus fait kiffer cette personne”, avait raconté Maignan qui va de nouveau pouvoir s’entraîner sur les frappes du Suédois, qui a prolongé d’une saison son aventure à Milan, à quasiment 40 ans.

Des séances qui, loin d’effrayer le néo-Milanais, sont une motivation pour son arrivée en Italie: “La Serie A est un championnat très tactique, les entraînements sont très physiques, et c’est ce dont on a besoin quand on veut progresser”.